Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Davide Longo - L'homme vertical.

Leonardo, professeur et écrivain, se refugie dans son village natal suite à un scandale impliquant sa relation avec une étudiante beaucoup plus jeune que lui. Ce vieux professeur redécouvre son village a un moment ou tout le pays ( l’Italie) tombe. C’est le chaos, et les bandes barbares deviennent les maitres des lieux . Quand son ex femme lui confie sa fille Lucia , jeune adolescente de 17 ans, ainsi que jeune fils qu’elle a eue avec son nouveau mari, il redécouvre le sens des responsabilités dans ce monde devenu fou .

Il prend alors la fuite pour essayer de se refugier en France, mais la route est parsemé de ces bandes et il découvre avec terreur cette société hostile et dangereuse. Survivre dans ce monde , protéger sa fille est son seul but .

Extraits :

« Leonardo comprit que l'esprit de l'enfant concevait une de ces pensées qui accompagnent un homme depuis l'instant ou il naît jusqu'à celui où il quitte cette terre. Elle concernait la fin d'un besoin qui nous a été transmis par ceux qui nous ont précédés. Il resta sans voix devant la violence et la grâce dont cet instant était nimbé. »

« C’était une nouvelle qu’il avait beaucoup lue, la première fois à vingt ans, et qu’il avait toujours aimée inconditionnellement. Dans des périodes de grande détresse ou d’espoir féroce, ce texte s’était adapté à ses états d’âme, révélant chaque fois sa structure parfaite. C’était une lecture qu’il avait toujours conseillée à ses étudiants, aux personnes qui nourrissaient des ambitions littéraires et à celles qui l’avaient approché en pensant que son métier recelait une sagesse capable de les guider. On ne le sollicitait plus en ce sens depuis longtemps, mais si la situation devait se représenter maintenant ou dans dix ans, il était sûr que sa réponse serait toujours la même : Un coeur simple. »

« C’était peut-être ça, la barbarie, pensa-t-il : des images et un vocabulaire nouveaux qui s’imposent peu à peu. Le premier mot était le cheval de Troie. Après, le puits était contaminé. Le germe se répandait. La maladie. Le choléra. »

Et aussi :

A lire :

La Route de Cormac McCarthy (2006)

Davide Longo - L'homme vertical.

Billets :

https://cuneipage.wordpress.com/?s=l%27homme+vertical

http://claraetlesmots.blogspot.fr/search?q=davide+longo

A mon humble avis :

Soyons clair, c’est une petite merveille que ce roman. La description d’un monde brutal où l’assouvissement des besoins se fait dans la violence. Cet homme cultivé et pas très courageux se découvre une force et une bravoure hors du commun. Il y a aussi quelques passages qui méritent de rentrer dans le domaine des « moments » de littérature comme ce passage où il rencontre Evelina, qui lui raconte son histoire où ce face à face avec le chef des barbares. Magnifique ! A lire de suite ..…

« Quand je vois les esprits sans hauteur, sans colère,

Sans passion, sans rien qui les oblige à plaire;

Quand parmi les humains distraits ou soucieux

Nul ne vient se placer sous le signe du feu

Quand j’observe les fronts engourdis, l’âme nue,

La promesse d’amour si faiblement tenue,

l’absence d’univers dans la voix et les yeux,

Vous à qui j’ai donné le monde jusqu’aux nues,

Certes, c’est un bonheur que vous m’ayez connue !«

(Anna de Noailles, extrait de L’honneur de souffrir, poème XXXIII, Grasset 1923)

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :