Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alex Berg - La marionnette

La quat de couv :

Membre des forces spéciales du KSK, la chevronnée Katja Rittmer fait partie de l'armée allemande engagée en Afghanistan, pour la sécurisation d'un secteur du pays. Ce jour-là, deux embuscades des talibans visent des convois allemands. Bilan des massacres : seize morts et vingt blessés. Katja a survécu de peu. Son amant baroudeur Christian Franck a dû être mutilé. Agent émérite des services secrets du BND, Éric Mayer se trouvait en Afghanistan quand les guet-apens se sont produits. C'est un ami de Chris et de Katja. Elle lui apprend que c'est avec des armes allemandes que les convois ont été attaqués. Tandis que ses amis sont rapatriés et hospitalisés en Allemagne, Mayer rentre lui aussi à Berlin. Si des matériels allemands sont parvenus en Afghanistan, c'est que la société Larenz est concernée.

Le ministère de la Défense missionne Mayer et son équipe afin d'enquêter au siège des usines Larenz à Hambourg. Patron de cette société, Klaus Bender a déjà engagé le cabinet d'avocat Meisenberg. Il faut gérer au mieux la crise risquant de ternir leur image. C'est l'avocate Valérie Weymann qui en est chargée par Meisenberg. Un bon choix, pense Bender. La jeune femme se retrouve face à Éric Mayer, qu'elle connaît. Magnus Vieth, ami de Valérie, est un des dirigeants de Larenz. Après avoir transmis une clé USB à l'avocate, Magnus trouve une mort suspecte. On évoque officiellement un suicide. Katja Rittmer, alors engagé comme garde du corps de Magnus, est inquiétée par la police. Éric s'arrange pour qu'elle reste en liberté. Valérie accepte d'être l'avocate de Katja, en cas d'accusations plus graves encore.Sous l'effet du stress post-traumatique, Katja menace Éric.

C'est en Afghanistan que va se jouer la suite de la partie. Klaus Bender et une délégation économique s'y rendent peu après, accompagnés d'Éric. Sur place, se trouve l'agent de la CIA Don Martinez, qui n'est pas un inconnu pour l'Allemand. Il protège James Reynolds, sénateur du Michigan, qui supervise l'approvisionnement des troupes américaines là-bas. Il est impliqué dans des malversations. À l'heure où Katja devient vraiment dangereuse, Don Martinez va intervenir sur le territoire allemand. Valérie Weymann, Éric Mayer et lui collaborent alors, que ça leur plaise ou non…

Extaits:

« Elle savait qu’on l’observait, qu’ils ne cherchaient qu’une justification plausible pour l’envoyer en asile psychiatrique. Pour la faire taire, la dégager. Lentement, elle reprit son souffle, respira, expira. Il y avait longtemps qu’elle avait appris à dompter son corps en contrôlant le rythme de sa respiration. À oublier la douleur et la faim et plus encore la peur, et à atteindre une clarté d’esprit la rendant capable de se concentrer sur les seules choses vraiment importantes. »

« Les Américains vivaient depuis des décennies avec cette problématique. Des vétérans de Corée, du Viêtnam, et maintenant aussi d’Irak et d’Afghanistan. Des estropiés de l’âme, rentrés d’une guerre dont personne ne voulait, abandonnés, oubliés, repoussés en marge d’une société qui les regardait avec désarroi et ignorance. Il y avait bien longtemps que les Allemands ne savaient plus ce que représentait de vivre avec des anciens combattants. Les risques que cela comportait ».

« À ses yeux, la peur n’était rien d’autre qu’un aveu de faiblesse, et il n’avait jamais été faible dans sa vie. Il lui était arrivé, parfois, de dévier du chemin, mais il s’était toujours remis en selle. Il y arriverait aussi cette fois. Cela ferait bien quelques victimes, mais il y avait toujours un prix à payer. Pour tout. »

« Hit and run, frapper-courir, c’était la tactique des insurgés, cette armée de guérilla dont les soldats se cachaient n’importe où. Dans chacun de ces foutus bleds misérables, où ils se mêlaient à la population sans être reconnus, toujours prêts pour la prochaine opération ».

Et aussi:

Du même auteur:

Zone de non droit

Alex Berg - La marionnette
Alex Berg - La marionnette
Pour les plus curieux:

Pour les plus curieux:

A mon humble avis :

Vente d'armes, trafic et corruption voilà le fond du roman . Des hommes et femmes de guerre qui sont broyés par la machine industrielle des fabricants d'armes. Les bonnes questions sont posées quand il s'agit de se battre pour la liberté d'un peuple quand le sien est gangrené par la corruption et le pouvoir des politiques avides d'argent. Un bon tempo qui nous rappelle qu'une armée c'est aussi des humains avec des sentiments, des peines et des espoirs. Bien vu par l'auteur que de raconter tout cela par le prisme de cette femme militaire détruite par la « machine ». Avec ce livre on a aussi une bonne description de la structure des pouvoirs au sein de ce beau pays qu'est l'Allemagne, loin du cliché propret et ordonné que l'on pense. Excellent petit poche. A lire bien sûr.

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :