Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La 4 de couv.

«Chacun de nous vit avec un ange, c'est ce qu'il dit, et les anges ne voyagent pas, si tu pars, tu le perds, tu dois en rencontrer un autre. Celui qu'il trouve à Naples est un ange lent, il ne vole pas, il va à pied : "Tu ne peux pas t'en aller à Jérusalem", lui dit-il aussitôt. Et que dois-je attendre, demande Rafaniello. "Cher Rav Daniel, lui répond l'ange qui connaît son vrai nom, tu iras à Jérusalem avec tes ailes. Moi je vais à pied même si je suis un ange et toi tu iras jusqu'au mur occidental de la ville sainte avec une paire d'ailes fortes, comme celles du vautour." Et qui me les donnera, insiste Rafaniello. "Tu les as déjà, lui dit celui-ci, elles sont dans l'étui de ta bosse." Rafaniello est triste de ne pas partir, heureux de sa bosse jusqu'ici un sac d'os et de pommes de terre sur le dos, impossible à décharger : ce sont des ailes, ce sont des ailes, me raconte-t-il en baissant de plus en plus la voix et les taches de rousseur remuent autour de ses yeux verts fixés en haut sur la grande fenêtre.»


Extraits :

« C'est le soleil des mois de froid qui met sa couverture sur le dos de ceux qui n'en ont pas »

« Dans son village, les gens sont devenus si peu nombreux qu' ils ne se saluent plus, à Naples, au contraire, on peut passer sa journée rien qu' à saluer et puis aller se coucher fatigué seulement pour ça. »

« Je parle avec Rafaniello (le cordonnier), je lui demande si son pays ne lui manque pas. Son pays n'existe plus, il n'y est resté ni vivants ni morts, on les a fait disparaître tous ensemble: "Je ne sens pas le manque, dit-il, mais la présence. [...] Il se tait un moment, ses petits clous dans la bouche et la tête penchée sur une semelle. Quand tu es pris de nostalgie, ce n'est pas un manque, c'est une présence, c'est une visite, des personnes, des pays arrivent de loin et te tiennent un peu compagnie." [...] J'écris les paroles de Rafaniello qui ont mis le manque sans dessus dessous et il est mieux comme ça maintenant. Lui, avec les pensées, il fait comme avec les chaussures, il les retourne sur sa caisse et les répare. »


« Don Rafanié, à force de vivre à Naples vous ne seriez pas devenu napolitain par hasard ? Non, dit-il pour rire, c'est que les Napolitains sont peut-être une des dix tribus perdues d'Israël. Comment ? Vous avez perdu dix tribus? Et il vous en reste combien ? " Deux seulement, une est celle de Judas qui nous donne le nom de juifs, un nom qui vient du verbe remercier."
Alors, vous les juifs, vous vous appelez : merci ?
" C'est ce que dit le mot, mais tous les hommes devraient s'appeler comme ça, avec un mot de remerciemen
t. »



Et aussi :

Erri de lucca

http://nuxeo.edel.univ-poitiers.fr/nuxeo/site/esupversions/a04810bf-5571-4884-bdb8-7fdf5fe74ccc

http://theses.univ-poitiers.fr/notice/view/3582

Relire tous ses romans !!!

Allez à Naples pour un grand week-end. Pourquoi pas ?

A mon humble avis :

J'avoue de suite que je ne suis pas impartial car Erri De Luca est un de mes auteurs préférés .Je le place dans les top 10. Ceci est dit .

Encore un petit bijou que ce court roman, On entre de plein pied dans le Naples de l'après-guerre avec ses personnages pittoresques et pourtant si « vrais » . Subtil ,sensible comme dans tous ses romans. Erri De Luca avec une écriture charmeuse et envoutante nous fait découvrir un monde pas si ancien que cela . A lire de suite .Evidemment.

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :