Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hakan Gûnday - Encore

La quat de couv :

. « Les clandestins montaient dans la caisse du camion et, après un voyage de deux cents kilomètres, ils montaient à bord des bateaux et se perdaient dans la nuit... »

Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l'école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu'au jour où Gazâ cause la mort d'un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d'un peu d'humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu'il lui avait donnée ce qui n'empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d'observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c'est désormais à lui de trouver comment survivre...

Extraits :

« La différence entre l'Orient et l'Occident, c'est la Turquie. Je ne sais pas si elle est le résultat de la soustraction, mais je suis sûr que la distance qui les sépare est grande comme elle. Nous, c'était là que nous vivions. Dans un pays où les politiciens, à la télévision, rappelaient tous les jours l'importance de la géopolitique. Au début, je ne savais pas comment comprendre. Cela voulait-il dire que notre pays était comme un bâtiment délabré devant lequel s'arrête en pleine nuit un autobus à l'intérieur ténébreux et aux phares éblouissants ? Qu'il est un immense pont de 1 565 kilomètres de long sur le Bosphore. Un pont géant infligé aux habitants de ce pays. Un vieux pont entre l'Orient aux pieds nus et l'Occident bien chaussé, sur lequel passe tout ce qui est illégal. Tout cela me chiffonnait. Et en particulier ces gens que l'on appelle les clandestins...Nous faisions tout notre possible pour qu'ils ne nous restent pas en travers du gosier. Nous avalions notre salive et nous expédions tout le contingent là où il voulait aller...Commerce d'une frontière à l'autre...D'un mur à l'autre... »

« Je découvrais la vie en collectivité. Avant, c'était moi qui distribuais et les autres partageaient. Désormais, c'était Azim, le chef de foyer, qui assurait la répartition et je partageais avec les autres ce que l'on me donnait. Même si j'avais toujours été du côté des fournisseurs, ce système ne m'était pas étranger. Il suffisait d'entretenir de bonnes relations avec ceux qui distribuaient les biens. Meilleures étaient ces relations, mieux on était servi ! Finalement, le foyer n'était pas tellement différent du dépôt. Il fallait être en bons termes avec celui qui dirigeait..."

« Si tu veux vivre vraiment, tu dois avoir un but et commencer par te débarrasser le plus vite possible de la peur de mourir qu'on t'inculque dès ta naissance. C'est à ce prix seulement que tu seras libre et découvriras le sens véritable de ton existence."

« Toutes les informations dont j'avais besoin se trouvaient là où les ignorants vont chercher la lumière, à savoir sur internet. »

Et aussi :

Du même auteur ( dans ma Pal )

Hakan Gûnday - EncoreHakan Gûnday - Encore
Hakan Gûnday - Encore

A mon humble avis :

Violent, sombre et d’une sublime et authentique cruauté. C’est un roman qui d’emblée vous cogne. Une histoire folle et une entrée dans ce monde de folie qu’est la fuite de ces migrants qui veulent rejoindre l’ « Europe » . Terre mythique pour certains, dernier espoir pour d’autres. C’est à travers l’histoire de ce jeune passeur qui va devenir lui même un « migrant » que l’auteur nous fait entrer dans cette misère humaine que beaucoup considère comme une invasion !!! . Mais au delà du politique, c’est toute la détresse de ces perdus qui nous chavire. L’autre facette de ce roman est l’aspect psychologique de cet enfant qui passe de tortionnaire à « presque repenti » et ceci au travers de son histoire bien particulière . Excellent. A lire absolument ….

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :