Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Julie Otsuka - Certaines n'avaient jamais vu la mer .

La quat de couv :

Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli.

D’une écriture incantatoire, Julie Otsuka redonne chair à ces héroïnes anonymes dans une mosaïque de la mémoire éblouissante. Un roman bouleversant.

Extraits :

« Sur le bateau nous étions presque toutes vierges » : « nous », ces femmes japonaises – « certaines n’avaient que quatorze ans et c’étaient encore des petites filles » – qui traversent le Pacifique vers la Californie où les attendent leurs « fiancés », des hommes qu’elles n’ont jamais rencontrés. On est au tout début du XXe siècle. Masayo, Mitsuyo, Nobuye, Kiyono (et tant d'autres rassemblées dans ce « nous ») rêvent de vies nouvelles, d’amour, les photos envoyées au Japon ont fait naître l’espoir. »

« Dans le quartier japonais nous vivions à huit ou neuf dans une pièce derrière notre salon de coiffure, nos bains-douches, dans de minuscules appartements aux murs bruts, si sombres que nous devions laisser les lumières allumées toute la journée. Ils éminçaient des carottes dans nos restaurants. Empilaient des pommes sur nos étals de fruits. Grimpaient sur leurs bicyclettes et allaient livrer leurs courses aux clients en passant par la porte de service. Ils séparaient le blanc et les couleurs dans nos blanchisseries en sous-sol et apprenaient vite à faire la différence entre le sang et le vin.

Nous les reconnaissions à peine. Ils étaient plus grands que nous, plus massifs. Bruyants au-delà de toute mesure. "Je me sens comme une cane qui a couvé les œufs d'une oie". Ils préféraient leur propre compagnie à la nôtre et feignaient de ne pas comprendre un traître mot de ce que nous disions. Nos filles marchaient à grand pas, à l'américaine, elles se déplaçaient avec une hâte dépourvue de dignité. Elles portaient leurs vêtements trop lâches. Roulaient des hanches comme des juments. Jacassaient comme des coolies dès qu'elles rentraient de l'école en disant tout ce qui leur passait par la tête. "Mr Demsey a l'oreille pliée". Nos fils devenaient énormes. Ils insistaient pour manger des œufs au bacon tous les matins au petit déjeuner à la place de la soupe à la pâte de haricot. Ils refusaient d'utiliser des baguettes. Buvaient des litres et des litres de lait. Inondaient leur riz de ketchup. Ils parlaient un anglais parfait, comme à la radio, et chaque fois qu'ils nous voyaient nous incliner devant le dieu de la cuisine en frappant dans nos mains, ils roulaient des yeux et nous lançaient :" Maman, pitié !"

Et aussi :

Julie Otsuka - Certaines n'avaient jamais vu la mer .
Julie Otsuka - Certaines n'avaient jamais vu la mer .
Julie Otsuka - Certaines n'avaient jamais vu la mer .

http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/romans/certaines-navaient-jamais-vu-la-mer-une-odyssee-japonaise-aux-usa-116371

http://archives.radio-canada.ca/guerres_conflits/prisonniers_guerre/dossiers/542/

A mon humble avis :

Quel beau roman que celui là . C'est à petit pas que l'on entre dans cette « Histoire », celle de ces femmes japonaises qui vont chercher une vie meilleure aux États unis. C'est une vague d'immigration féminine due à la pauvreté du Japon de l'époque avant-guerre. L'atout principal de ce petit récit est (en dehors des faits historiques) bien sûr cette voix, ce « Nous » narratif qui vous emporte avec violence et délicatesse à la fois,dans une sombre période sans pour cela tomber dans un écriture dramatique . L'auteur nous expose avec précision la vie de ces jeunes ( ou moins jeunes) femmes qui quittent leurs mondes, leurs cultures pour une chimère nommée Amérique . Violent . Tendre . Magnifique . A lire évidemment ..

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :