Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yoko Ogawa - Cristallisation secrète

La quat de couv :

L'île où se déroule cette histoire est depuis toujours soumise à un étrange phénomène : les choses et les êtres semblent promis à une sorte d'effacement diaboliquement orchestré. Quand un matin les oiseaux disparaissent à jamais, la jeune narratrice de ce livre ne s'épanche pas sur cet événement dramatique, le souvenir du chant d'un oiseau s'est évanoui tout comme celui de l'émotion que provoquaient en elle la beauté d'une fleur, la délicatesse d'un parfum, la mort d'un être cher. Après les animaux, les roses, les photographies, les calendriers et les livres, les humains semblent touchés : une partie de leur corps va les abandonner. En ces lieux demeurent pourtant de singuliers personnages. Habités de souvenirs, en proie à la nostalgie, ces êtres sont en danger. Traqués par les chasseurs de mémoires, ils font l'objet de rafles terrifiantes... Un magnifique roman, angoissant, kafkaïen. Une subtile métaphore des régimes totalitaires, à travers laquelle Yoko Ogawa explore les ravages de la peur et ceux de l'insidieux phénomène d'effacement des images, des souvenirs, qui peut conduire à accepter le pire.

Extraits :

« - Peut-être que si je pleure sans raison, c'est la preuve que mon cœur est dans un tel état de faiblesse que je ne peux même pas me venir en aide à moi-même.
- Mais pas du tout. C'est plutôt le contraire. Votre cœur revendique de toutes ses forces son existenc
e. »

« - Il n'y a rien de bien étrange, vous savez. Cette boite existe bel et bien devant nous. Qu'elle ait disparu ou non, elle continue à jouer de la musique. Elle répète fidèlement sa mélodie en fonction de la longueur remontée de son ressort. Son rôle se limite à cela, toujours et toujours. Ce qui a changé, c'est le cœur de tous. »
« -Oui, je le comprends bien. Que ce n'est pas de sa faute si elle a disparu. Mais je ne peux rien n'y faire. Quand j'ai sous les yeux des objets disparus, mon cœur s'agite énormément. Comme si quelque chose de dur et épineux était lancé soudain au milieu d'un paisible marais. Il se forme des rides, un tourbillon et la boue remonte. C'est pourquoi nous sommes bien obligés de brûler les objets, de les jeter à la rivière ou de les enterrer, afin de les éloigner le plus possible de nou
s. »

« Nous parlons de toutes sortes de choses en prenant le goûter. La plupart du temps il s'agit de souvenirs. De mon père, ma mère, ma nourrice, de l'observatoire ornithologique, de la sculpture, du lointain passé où l'on pouvait se rendre dans d'autres endroits avec le ferry... Mais nos souvenirs de jour en jour ne font que diminuer. Parce qu'ils sont emportés avec chaque disparition. Nous partageons le peu qui reste du goûter et nous répétons les mêmes histoires que nous laissons fondre lentement sur nos lèvres. »

Et aussi :

Du même auteur ( entre autres )

Yoko Ogawa - Cristallisation secrèteYoko Ogawa - Cristallisation secrète

http://www.distractions-pierre.com/article-yoko-ogawa-la-formule-preferee-du-professeur-123895402.html

A ecouter : http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-fiction-l-annulaire-2014-12-16

Liste des ouvrages du même auteur : (merçi Wiki)

  • Amours en marge (余白の愛 Yohaku no ai, 11/1991; Actes Sud 2005. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • Hôtel Iris (ホテル・アイリス Hoteru Airisu, 11/1996; Actes Sud 2000. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • Parfum de glace (凍りついた香り Kōri tsuita kaori, 4/1998; Actes Sud 2002;. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • Le Musée du silence (沈黙博物館 Chinmoku hakubutsukan, 9/2000; Actes Sud, 2003. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • La Formule préférée du professeur (博士の愛した数式 Hakase no aishi ta sūshiki, 8/2003, Prix Yomiuri 2004; Actes Sud 2005. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • La Marche de Mina (ミーナの行進 Mīna no kōshin, 4/2006, Prix Tanizaki 2006; Actes Sud 2008. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • Cristallisation secrète ( 密やかな結晶 Hisoyaka na kesshō, 1994; Actes Sud 2009. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

  • Les Tendres Plaintes (やさしい訴え Yasashī uttae, 12/1996 ; Actes Sud, 2010.Traduction par Rose-Marie Makino et Yukari Kometani)

  • Manuscrit zéro (原稿零枚日記 Genkou reimai nikki, 8/2010; Actes Sud, 2011; vrai/faux journal. Traduction par Mari Maki)

  • Le Petit Joueur d’échecs ( 猫を抱いて象と泳ぐ Neko wo Daite Zô to Oyogu,2009 ; Actes Sud, 2013. Traduction par Martin Vergne)

  • Petits oiseaux (ことり, 2012 ; Actes Sud, 2014. Traduction par Rose-Marie Makino-Fayolle)

A mon humble avis :

Comme tous les romans de Yoko Ogawa ( enfin ceux que j’ai lu ) , on est tout de suite captivé par l’histoire .Cette fois ci, c’est sur une île que se passe l’action, avec ces disparitions inquiétantes et la perte des souvenirs, des objets les plus banals. L’auteur s’attaque au problème de la mémoire et aussi à celui de cette folie douce des dictatures impérieuses et forcements malades . Avec une petite poignée de personnages superbes et une écriture à la fois dure et poétique qui se mêlent à merveille . Roman sombre par son histoire mais lumineux par son écriture . A lire absolument !!!

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :