Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J.J.Connolly - X

La quat de couv :

X est un dealer londonien anonyme et qui tient à le rester : dans son milieu, la notoriété relève en effet de la faute professionnelle. Et des fautes professionnelles, X veille soigneusement à n’en commettre aucune. Il se contente d’être un intermédiaire, ce qui lui évite de fréquenter la rue et ses camés trop bavards, il ne flambe pas, préférant rester discret sous ses allures d’homme d’affaires. La pègre le tient en haute estime pour son intelligence et sa rigueur. Sachant qu’on ne fait en général pas de vieux os dans le business, X met le maximum d’argent de côté pour pouvoir prendre le large le jour de ses 30 ans. Il en a 29 et il ne lui reste plus que quelques semaines à tirer quand son boss, le mafieux Jimmy Price, lui demande un dernier service qui va bouleverser la donne d’une manière fort inattendue.

Etraits :

« Mon père avait ce discours qu'il ressassait au mot près, un laïus de sa propre composition qu'il avait appris par cœur comme d'autres apprennent un poème épique. Il disait que si vous vous preniez pour un dur, il y avait toujours un type plus costaud et plus dur quelque part. Il parlait des petites frappes qui tyrannisaient les autres, et son topo m'a tapé sur le système jusqu'au jour où j'ai été en âge de le comprendre. Maintenant, je n'arrive plus à me l'ôter de la tête. »

« Fais tout aussi attention à ce que tu laisses les autres te dire qu’à ce que tu leur dis. (…) si jamais tu dois tuer quelqu’un, ne le dis à personne ».

« c’était une merveille d’amoralité, un putain de chef d’oeuvre, y’a pas à tortiller. »

« Les gens disent que les flingues sont simplement des bites déguisées, mais si ma bite pesait aussi lourd, je marcherai en boitant. »

« Tout est question de pouvoir, et quand quelqu'un a un pistolet pointé sur vous, il a le pouvoir de vie ou de mort sur vous. C'est humiliant et intense. »

« j'ai mangé des kebabs qu'étaient plus dangereux qu'eux ».

Et aussi:

ublié en 2000, X a été en Angleterre l’un des plus grands succès de librairie de l’année et une véritable bombe dans le domaine du polar mafieux. Au moment où Guy Ritchie modernisait les films de gangsters avec Arnaques, crimes et botanique ou Snatch, J. J. Connolly révolutionnait le genre avec ce thriller d’un réalisme à toute épreuve, peuplé de figures aussi déjantées qu’inoubliables. Traduit pour la première fois en français, ce feu d’artifice à la gloire de la pègre est un véritable régal.

Du même auteur la « suite » Viva La Madness

 A voir le film !!!!

A voir le film !!!!

« Matthew Vaughn explique l'origine du titre : "Layer cake fait référence à un gâteau fait de plusieurs couches différentes. C'est une métaphore des différents niveaux de la société britannique, dans le secteur criminel comme dans les autres. Vous naissez au pied du gâteau, vous en prenez plein la tête toute votre vie. Peu à peu, vous pouvez monter, de couche en couche, pour passer à des étages où la vie est moins lourde. Le but reste d'atteindre le sommet, vous vivez alors dans un nuage de crème au-dessus des autres."

A mon humble avis :

Mafia Anglaise. Mafia Londonienne. So British isn’t it ?. Nous sommes loin des flegmatiques détectives anglais. Là c’est dans la peau d’un dealer que l’on se retrouve avec cette ambiance sombre qui font les bons romans. Sale vie que celle de celui ci dans les bas fonds londoniens aussi durs que partout ailleurs, mais on s’attache malgré tout à ce pourri de dealer. Et c’est là le talent de l’auteur que nous faire croire que cette racaille a peut-être une âme !!! . Quand le fric est le moteur il faut payer un jour. Bonne lecture pour ce premier roman qui se lit comme on regarde un film d’action . Alors à lire oui peut-être… .

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :