Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adelaide de Clermont Tonnerre - Le dernier des nôtres.

La quat de couv:

 

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».
 

Extraits:

 

« Il s'appelle Werner.Werner Zilch.Ne changez pas son nom.Il est le dernier des nôtres. »

 

« Contrairement à lui,je croyais au pouvoir infini de la volonté et j'étais résolu à me forger un monde à la force de mon poignet. »

 

« Le problème avec les masochistes, il est impossible de leur vouloir du mal sans leur faire du bien."

"Il est facile de trouver la solution quand les années ont passé, mais c'est dans le brouillard du présent que les décisions se prennent."

 

« On croit souvent que les êtres timides et effacés sont gentils alors qu'ils sont simplement faibles. Ils vous égorgent dès que l'occasion leur en sera donnée pour se venger de leur propre médiocrité. »

 

Et aussi:

Adelaide de Clermont Tonnerre - Le dernier des nôtres.

du même auteur: ( en poche):

Adelaide de Clermont Tonnerre - Le dernier des nôtres.

A mon humble avis :

C'est une histoire d'amour entre Rebecca et Werner. Cela commence par leur rencontre à New York dans les années 69-78 . En parallèle, il y a la naissance à Dresdes « sous les bombes » du petit Werner.

On change d'atmosphère en passant d'une période, d'un pays, d'une société à une autre par alternance de chapitre, donnant au récit un petit plus dans le suivi de l'histoire .

C'est véritablement un page-turner que ce roman. Bien sûr il y a quelques clichés, mièvreries et autres stéréotypes, mais tout est compensé par une écriture sans forfaiture, clair et « simple » qui fait que l'on a du mal à lâcher sa lecture. Il manque peut-être un peu d'originalité mais le talent est bien là qui nous fait traverser époque et histoire tout en gardant un certain suspens . C'est un très bon roman à lire de suite .

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :