Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alice Munro - Rien que la vie.

La quat de couv :

Une mère perd la trace de son enfant, un soldat saute du train qui le ramenait chez lui, une femme se lie avec un inconnu... Au fil de quatorze nouvelles, Alice Munro décrit, avec la grâce et la cruauté d'un «Tchékhov de notre temps», les lignes de force qui font basculer une vie.

 

Extraits :

« Elle avait existé, elle n'existait plus. Plus du tout, comme si elle n'avait jamais existé. Et les gens s'affairaient alentour, comme si ce fait scandaleux, on pouvait le surmonter, en prenant des dispositions raisonnables. Lui aussi se plia à la coutume, signa là où on lui dit de signer, disposant de ce qu'il convenait de faire des " restes " — comme on dit.
Quel excellent mot — " restes ". Comme quelque chose qui se dessécherait et tomberait en poussière, oublié au fond d'un placard.
Et il ne tarda pas à se retrouver dehors, à faire semblant d'avoir une raison aussi bonne, aussi ordinaire que quiconque, de mettre un pied devant l'autre. »

 

« Comme si avoir commis l'adultère avec une paroissienne n'était pas assez grave, le pasteur, au lieu de se faire le plus discret possible et de s'éclipser afin de subir une forme de rééducation, ou d'aller prendre en charge une paroisse oubliée au fin fond de l'arrière-pays, avait apparemment choisi d'affronter l'opprobre du haut de la chaire. Il était allé au-delà de la confession. Tout n'avait été que grimaces, disait-il. Sa bouche avait formé les paroles de l'Évangile et les commandements auxquels il ne croyait pas tout à fait, et la plupart de ce qu'il avait prêché concernant l'amour et la sexualité, ses recommandations évasives, timides et convenues : grimaces que tout cela. Il était à présent un homme libre, libre de leur dire le soulagement que c'était de célébrer la vie du corps en même temps que celle de l'esprit. »

 

« Au long de l'automne et de l'hiver et du printemps qui suivirent, il n'y eut presque pas de jour où elle ne pensa pas à lui. C'était comme avoir le même rêve toujours parfaitement identique à la minute où l'on s'endormait. À la renverse sur le canapé, la tête appuyée sur le coussin, elle songeait qu'elle était entre ses bras. On aurait eu tendance à croire qu'elle ne se rappellerait pas son visage, mais il surgissait en détail, visage ridé et semblant assez fatigué, d'un homme d'intérieur, plutôt sarcastique. Et son corps n'était pas absent non plus, il présentait une usure raisonnable qui ne l'empêchait pas d'être apte et fonctionnel, et éminemment désirable. »
« Elle se consumait de manque, en sanglotait presque. Tout ce déploiement imaginaire disparaissait pourtant, se mettait en hibernation quand Peter rentrait à la maison. Les affections quotidiennes surgissaient alors au premier plan, avec une constance sans faille. »

 

« Il a dit : « Le truc, c'est d'être heureux. Quoi qu'il arrive. Essaye, c'est tout. Tu en es capable. Ça devient de plus en plus facile. Ça n'a rien à voir avec les circonstances. Tu n'arriverais pas à croire le bien que ça fait. Il suffit de tout accepter et la tragédie disparaît. Ou s'atténue, en tout cas, et toi t'es là, tu fais ton chemin tranquille dans le monde. »

 

Et aussi :

A propos d’Alice Munro.

Elle écrit principalement des nouvelles, parfois liées entre elles et centrées autour de personnages féminins, dans l'Ontario ou la Colombie-Britannique des années 1940 à aujourd'hui. « Promise » depuis plusieurs années au prix Nobel de littérature selon la critique littéraire1, elle reçoit cette récompense le 10 octobre 2013 pour être « la souveraine de l’art de la nouvelle contemporaine », comme l'explique l'Académie suédoise. (Merci Wiki).

 

Du même auteur : (entres autres)

Livres :

Alice Munro - Rien que la vie.
Alice Munro - Rien que la vie.
Alice Munro - Rien que la vie.

Films:

Alice Munro - Rien que la vie.
Alice Munro - Rien que la vie.

A mon humble avis :

Subtile et délicat. L’écriture d'Alice Munro, reine de la nouvelle, nous livre là un petit bijou. Une merveille de délicatesse, avec ces histoires d’hommes et de femmes aux destins un peu compliqué. Avec des personnages attachants par leurs faiblesses et par leurs peurs. Les 4 dernières nouvelles sont plus personnelles. L'auteur relate son enfance et ses rapports compliqués avec sa mère. Doux et sensible, c'est un recueil à déguster sous la couette, un soir d’hiver. A lire absolument.

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :