Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dulce Maria Cardoso_Le retour

La quat de couv :

Adolescent, Rui vit en Angola avec ses parents et sa sœur. En 1975, la guerre civile fait rage et, comme tous les Blancs, ils doivent partir pour la métropole. Mais, soupçonné par l’armée de libération d’être le « boucher de Grafanil », le père de Rui est arrêté devant ses yeux et emprisonné. À Lisbonne, la famille incomplète est accueillie dans un hôtel cinq-étoiles, rempli de rapatriés comme eux. Rui va y découvrir l’automne, les filles, la honte et la peur de devenir le seul homme de la famille. Son père reviendra-t-il un jour ?


 

Extraits :

« Je suis en deuil, aujourd'hui la terre qui était la mienne est morte, à partir d'aujourd'hui je suis un déraciné, on vit en étant convaincu qu'une terre ne meurt pas, on vit en étant convaincu que la terre où l'on a enseveli nos morts sera la nôtre pour toujours et que la terre qui a vu naître nos enfants ne leur manquera, on vit avec cette conviction parce qu'il ne nous viendrait pas l'idée que cette terre puisse mourir, mais aujourd'hui la terre qui était la mienne est morte, aujourd'hui mes morts sont morts et mes enfants ont perdus la terre où je les ai fait naître, mes enfants tout aussi déracinés que moi. »

 

« Il y avait des rapatriés des quatre coins de l'empire. L'empire était là, dans cette salle, un empire fatigué, à la recherche d'un toit et de quoi manger, un empire vaincu et humilié, un empire dont tout le monde se foutait. »

 

Et aussi :

https://www.lejdd.fr/Culture/Livres/Dulce-Maria-Cardoso-livre-un-recit-juste-sur-le-deracinement-65440

A lire si une exellente référence chez Fayard.

Dulce Maria Cardoso_Le retour

A mon humble avis :

Une partie oubliée de l'histoire du Portugal, ceux que l'on appelle les « os retornados » ceux qui reviennent. C'est une histoire racontée à travers les yeux d'un adolescent qui doit fuir son pays , dans ce cas, l' Angola ( 1975 guerre civile, independance ) avec un retour « en métropole » au Portugal, juste à l'époque de la reconstrucion aprés que la révolution des oeillets ait mis fin à la dictature salazariste. L'émotion est là, le style peut-être un peu trop brut , mais comme souvent si le sujet est bon on peut facilement se laisser prendre. Alors ne boudons pas notre plaisir. A mon humble avis encore un poche à lire de suite ..

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :