Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

084 A Couv les solitudes se ressemblent

 

C'est une femme d'une cinquantaine d'années qui se raconte. Ses souvenirs sont ceux de ces enfants des harkis, hommes ( et femmes ) oubliés de l'Histoire . Fille d'arabe, fille de harkis, double identité infamante à cette époque. Son histoire est d'abord celle de sa famille punit d'avoir fait le « mauvais choix » puis la sienne de son enfance dans le camp de réfugiés de Saint-Maurice ( Gard). Mais qui était son père ?. Elle raconte aussi ces hommes abandonnés après avoir combattu pour la France. Une enfance dans un camp et les brimades , les insultes pour la fille de harki, idées nauséabondes sur les cendres d'une guerre perdu. Il y aussi ces chambres d'hôtel anonymes où elle va faire le mènage et à l'occasion rejoindre son amant . Ces chambres qui par leurs tristes solitudes se ressemblent .

 

 

Extraits :

"Je me suis souvent brûlé les yeux en fixant le vide, car l'histoire de mon père n'était écrite nulle part. Les héros, il faut se les fabriquer, les inventer avec leur grandeur et leurs victoires. Autrement, ils ne sont que des êtres promis à l'oubli."

 

 

« Lorsque je suis née, mes parents et tant d'autres vivotaient depuis trois ans dans ce camp ouvert à la hâte. (...). Des panneaux indiquent qu'il s'agit d'un terrain militaire. Camp de prisonniers pendant la Seconde guerre mondiale, des miradors en dominent les abords. C'est là que sont parqués les jouets de l'histoire. Familles complètes, célibataires, veuves accompagnées de leurs enfants. Tous obéissent à une hiérarchie, une organisation stricte, conduite par un chef de camp, ancien militaire reconverti dans l'humiliation de ceux qu'il considère comme une piétaille de barbares »

 

« les solitudes se ressemblent et les hôtels aussi »

 

 

Et aussi :

Excellent doc sur « le camp de la honte »

http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_harkis-les-camps-de-la-honte-hocine-le-combat-d-une-vie_news

 

084 B HARKIS

 

A lire peut-être :

 

084 C Quand la ville dort

 

 

ALGER, quand la ville dort, nouvelles & photographies, éditions Barzakh, Alger,  décembre 2010, 166 p.

 

Et du même auteur :

 

 

084 F Avec tes mains et une etoile

 

 

 

 

 

 

A mon humble avis :

Derrière les guerres se cachent des vies et c'est le message que l'on peut retenir .C'est avec un langage ciselé et précis que l'auteur nous faif découvrir cette femme qui croule sous le poids de son histoire . Avec talent il nous raconte sans pathos, ni rancune, on glisse doucement dans une lecture sombre mais juste. On ne peut pas effacer son histoire, il faut vivre avec ! Un petit bijou que ce roman . A lire évidemment .

 

Signé Pierre …..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :