Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

les-lois-de-la-frontiere.jpg

C’est dans la Gérone des années 70, juste sortie de la triste période franquiste que le premier narrateur jeune bourgeois d'à peine seize ans rencontre Zarko, le petit truand qui deviendra un Mesrine espagnol. Le « binoclard » habite dans un quartier de Gérone et Zarko dans un autre. La rencontre avec Zarko le fait passer de l'autre coté de la frontière dans le barrio chino de la vieille ville entrainant ce jeune homme sur une mauvaise pente , cambriolages , vols divers et autres petites infractions . Aujourd’hui à 40 ans passé, il est devenu un avocat de renom et à la demande de Tere, la seule femme de la bande avec qui il a eu une «  relation » il s'apprête à défendre le Zarko devenu un vrai truand .

Une vison différente est donné par le deuxième narrateur, le flic qui a arrêté le binoclard et Zarko lors d'un cambriolage qui a mal tourné. Et puis il y a aussi le point de vue du directeur de prison qui lui donne un autre regard sur cette affaire.

 

 

 

 

 

Extraits:

« C’est parce que a 16 ans toutes les frontières sont poreuses. »

« La première fois que je l’ai vu, à la salle de jeux de Vilaró, Zarco m’est apparu comme un de ces mecs durs, imprévisibles et violents qui font peur parce qu’ils n’ont pas peur, exactement le contraire de ce que j’étais ou croyais être à l’époque : je me percevais comme un loser né, tandis que lui ne pouvait être qu’un gagnant né, un type qui allait mettre le monde à ses pieds.»

« Pour lui, la prison était sa maison, alors que la vie en liberté était comme s'exposer aux intempéries."



Les personnages:

Zarko, le petit voyou devenu gangster.

Tere, l'égérie de la bande

Ignacio Ignacio Cañas, le binoclard devenu avocat.

 

L’inspecteur Cuenca , le policier qui a arrêté Zarko.

Le directeur de la prison de Gérone, Eduardo Requena.

 

Et aussi:

Gérone est à 1h d'avion de paris et peut s'y rendre en une journée en voiture.

Moto Lobito 75 cc

 

A lire peut-être :

Gerona, le roman de Galdos .

 

Il y a eu un vrai Zarko, il s'appelait Juan José Moreno Cuaenca. On a beaucoup écrit sur lui et même un livre sur sa vie.

 

hasat-la-libertad.jpg

 

 

A mon humble avis :

 

Malgré une écriture interview, le livre se lit comme un roman, on navigue entre les trois narrateurs, chacun apporte une lumière différenteset sa vision des événements.

L’auteur a le talent de nous faire entrer dans un univers bien particulier, celui de l’Espagne des années 70 juste après la mort de Franco. Cette époque où tout paraît s'offrir à la jeunesse espagnole qui est prête à soulever la chape de plomb de la dictature. La « movida » apparaît.

Mais c'est aussi une réflexion sur le destin des hommes et des rencontres, sur l’identité. Qu'est ce qui fait que l'on bascule ou pas d'un coté de la vie? Un beau roman sur la liberté, l'amour et l'amitié. A lire de suite.

 

Signé Pierre …..

Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :