Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

158 01 La couv

 

Israël. Dans un petit village prés de la frontière Libanaise. Elles sont trois jeunes filles presque femmes qui passent leurs temps comme tant d 'autres à s’inventer leurs futures vies. Mais voilà, nous sommes en Israël. Elles sont trois. Léa, Avishag, Yaël ont 18 ans et doivent faire leur service militaire. C’est là toute l’histoire.

Léa , autoritaire et populaire se retrouve à un check point en Cisjordanie, elle est confrontée directement à l’absurdité nécessaire de cette frontière face à des palestiniens résignés mais aussi révoltés, bafoués dans leurs dignités par des enfants devenus soldats.

Avisahg, taciturne et cafardeuse elle va servir dans une unité de combat en charge de la surveillance de la frontière égyptienne, no man’s land désolant où l’ennui est plus mortel que l’ennemi.

Enfin Yaël, rêveuse et malicieuse intègre une unité d’élite et forme les soldats au maniement des armes. Chacune à sa manière traverse cette période difficile.

 

 

Extraits:

« Je crie la peur du sang et du feu. Je crie la terreur des montres qui émettent des bips, des rangers qui martèlent le sable, je cris la panique que déclenche une fausse puanteur de banane. Les mots de mon hurlement sont le grognement de ma honte, ma honte qui n’est pas un rocher, ma honte que je n’ai jamais accepté d’enterrer.
Si vous y tenez vraiment, je vous dirai les mots que je hurle, je vous dirai toutes les tonalités, toutes les lettres. »

 

 

« Il y a de la poussière dans le mobile home aménagé en salle de classe. Les cheveux de Mira, notre professeure, sont teints en orange et desséchés aux pointes. Nous avons dix-sept ans, nous sommes en terminale, et nous arrivons au terme de l’histoire d’Israël. L’histoire du monde s’est achevée en seconde… »

 

« je pense ensuite à tous ces Soudanais qui se font mitrailler chaque nuit à la frontière, qui arrivent de l’enfer, qui marchent, marchent, les pieds couverts d’ampoules, pour mourir là. Mais il ne me reste que deux minutes de pause pour penser à eux, et puis vous devez comprendre combien il est difficile d’éprouver de la compassion à leur égard, car ils ont l’air d’Africains et ne ressemblent pas aux gens auxquels je suis habituée, et ils sont si nombreux, et ils meurent toujours, et puis mon ventre commence à aller un peu mieux, et je conclue que, peut-être, changer de personnalité sera très difficile. »

 

 

 

 

 

« C’était ainsi que fonctionnait l’armée. Nous passions notre temps à le tuer et, à la fin de la journée, chacune de nous se concentrait sur un unique sujet de discussion. Dans mon baraquement, c’était le sexe. »

« On pourrait penser que Tom exerçait le travail le plus facile de toute l’armée israélienne, mais lui savait que, en réalité, c’était le plus difficile du monde. Bien sûr, il effectuait son service militaire à Tel-Aviv, à cinq minutes à pied d’Azrieli, la plus grande et la plus étincelante galerie commerciale du pays – précisons que c’est là que siège le quartier général de l’armée et les bureaux du chef d’état-major. Tom rentrait donc chez ses parents chaque soir à huit heures, et son unique activité pendant ses onze heures de service consistait à rester assis derrière un bureau en bois sans quitter des yeux un téléphone rouge. Cependant, évitons les conclusions hâtives. Sait-on à quel point il est pénible de contempler un téléphone rouge qui ne sonne jamais ? Chaque jour, de huit heures du matin à huit heures du soir, avec quelques pauses de deux minutes trente pour manger et pisser ? Pendant trois ans ? Posez un téléphone sur une table vide et observez-le fixement. Vous ne tiendrez pas plus de quinze minutes. »

 


Et aussi :

158 02 Enfant rpg

Enfants RPG ??

 

158 03 women soldiers

 

 

Femmes soldats ??

 

 

 

158 04 Carte Israel

 

 

 

Une petite semaine en Israël. Pourquoi pas ?

 

( Au moins une fois dans sa vie voir « Jérusalem »)

 

 

 

A mon humble avis :

C’est le portrait d’une génération que nous livre l’auteure. Une jeunesse comme les autres sauf qu’Israël est un pays en guerre. A travers les portraits de ces trois femmes sont abordées par le biais du quotidien toutes les contradictions d’un pays. J’ai surtout aimé cette écriture un peu désordonnée mais qui voltige de la description de ces enfants RPG, à ces soirées copines dans des bases militaires ou la situation nous oblige à rester sur ses gardes, ainsi que les portraits réalistes des personnages secondaires, les amants, les amis, les mères. C’est à travers les yeux de sa jeunesse que l’on peut ressentir la conscience d’un pays. Oui, ces soldats ressemblent à nos enfants avec leurs peurs, leurs délires, leurs folies amusantes ou terrifiantes. Mais sous les bombes et avec une mitraillette à la main la vision des choses peut vous paraître différente et changer votre façon de voir le monde. Alors oui, pour comprendre qu’il y a ailleurs d’autres mondes si proches mais si différents. Il faut lire ce livre, bien sûr.

 

Signé Pierre.....

 

 


Tag(s) : #Lectures

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :